4. MNHN


Pauline Briand a rédigé deux dossiers au long format pour le Muséum. En coordination avec l’équipe de communication et les chercheurs, elle a proposé les thèmes à abordé et rédigé les textes. Dans son approche, elle a tenté de donner le plus d’exemple possibles pour illustrer ces thématiques complexes.

Image du site du Muséum

L’évolution du vivant
Dossier réalisé pour le site internet du Muséum national d’Histoire naturelle en coordination avec Guillaume Lecointre, qui dirige le département "Systématique et Évolution" du Muséum. 

En 2004, sur l’îlot de Mrcaru en mer Adriatique, quelle ne fut pas la surprise des chercheurs qui venaient de reprendre l’étude d’une population de lézards de l’espèce Podarcis sicula interrompue par le conflit en ex-Yougoslavie ! Les descendants des 5 couples introduits originellement sur l’îlot étaient très différents de leurs ancêtres. En l’espace de 36 ans, ils avaient non-seulement conquis ce territoire, mais leur régime alimentaire, leur comportement, leur morphologie et l’anatomie de leur intestin avaient changé en comparaison de la population dont étaient issus les "lézards pionniers".

Leur tête était devenue plus large et plus longue permettant une morsure plus puissante. La part du végétal s’était accrue dans leur régime alimentaire. D’ailleurs, leur intestin présentait un nouvel organe : des valves cæcales permettant de mieux digérer la cellulose grâce à un processus de fermentation. Ces lézards n’étaient plus des animaux territoriaux comme l’étaient leurs ancêtres. Leur capacité à chasser s’était émoussée à la faveur d’un comportement de fouille.

Les générations successives de cette population avaient donc subi des modifications importantes favorisant un changement de régime alimentaire. Cette transformation rapide et impressionnante ne relève pourtant pas de la magie mais d’un processus aujourd’hui bien connu : l’évolution. Dans ce dossier, vous découvrirez les mécanismes à l’œuvre dans ces transformations.

Avec la Grande Galerie de l’Évolution, le Muséum national d’Histoire naturelle a été le premier à présenter ses collections dans le contexte de l’évolution. Une décision qui reflète la mission de diffusion des connaissances du Muséum : permettre une meilleure compréhension par le grand public du vivant et des dynamiques qui le régissent. Une mission complémentaire de celle de recherche sur l’évolution en cours au sein de l’institution.


Image du site du Muséum

Le Muséum et le climat
Dossier réalisé en vue de la COP 21 pour présenter les activités du Muséum en lien avec le changement climatique. Il a été rédigé en coordination avec Denis Couvet, professeur au Muséum, qui est directeur du département Ecologie et Gestion de la Biodiversité. Le dossier repose sur un série d’entretiens.

Le changement climatique est aujourd'hui un phénomène avéré. Son amplitude future n'est pas encore connue. Elle dépendra de notre capacité à réduire radicalement nos émissions de gaz à effet de serre mais aussi de la manière dont la biosphère répondra à ces changements. Des processus politiques sont actuellement en cours pour tenter de réduire les origines anthropiques du réchauffement. Durant la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21), qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, les états présents tenteront d'aboutir à un accord universel et contraignant sur le changement climatique. De nombreuses initiatives de citoyens, de la société civile et du secteur privé cherchent aussi des réponses à ces enjeux.

Il est souvent question du monde dans lequel nous vivrons dans 100 ans. On parle de son climat qui sera plus instable, de ses villes, de ses infrastructures, de ses sociétés humaines. Il est beaucoup moins souvent question de l'impact qu'aura le changement climatique sur les espèces, les écosystèmes et les paysages. Pourtant, l'Homme fait partie de la nature et sa survie est intimement liée aux processus naturels. Le fonctionnement des écosystèmes détermine notamment la fertilité des sols, la possibilité d'avoir de l'eau potable ou un air respirable. Nous sommes aussi tributaires de la bonne santé des espèces, de leur abondance et de leur diversité.

À quoi ressemblera ce monde ? Sera-t-il vivable pour nous, mais aussi pour les autres espèces vivantes ? L'équilibre dynamique de notre biosphère tiendra-t-il toujours ? Les écosystèmes seront-ils suffisamment résilients pour continuer à remplir leurs fonctions ? Comment la biodiversité et les sociétés répondront-elles au changement climatique ? Peut-on anticiper ses effets ?

Autant de questions auxquelles les chercheurs du Muséum national d'Histoire naturelle tentent de répondre.

Mark